Les méchants dans les films sont généralement décrits comme totalement mauvais avec peu ou pas de qualités rédemptrices. Ils ont généralement un but ou un motif qui ne profiterait à personne et causerait des dommages catastrophiques. Cependant, parfois, l’étrange méchant apparaît ici et là qui veut peut-être quelque chose de simple, ou peut-être que ses objectifs sont complètement justifiés.

VIDÉO COLLIDER DU JOUR

FAITES DÉFILER POUR CONTINUER AVEC LE CONTENU

Peut-être qu’ils font juste leur travail, ou peut-être que leur motivation n’est pas si mauvaise une fois que vous y pensez. Quoi qu’il en soit, les méchants qui avaient raison ont tendance à se sentir plus humains car ils ont des qualités plus rédemptrices, et surtout, un point tout à fait compréhensible.

Mis à jour le 26 juin 2023 par Hannah Saab :

Les films avec des méchants qui avaient raison ne manquent pas, avec des antagonistes dont les actions ont été reconsidérées et examinées par les téléspectateurs, qui découvrent bientôt que ces malfaiteurs avaient raison.

15 Lord Cutler Beckett – « Pirates des Caraïbes : Jusqu’au bout du monde » (2007)

Lord Cutler Beckett regarde avec admiration la destruction de son navire autour de lui
Image via Walt Disney

Seigneur Cutler Beckett (Tom Hollander) apparaît pour la première fois dans Coffre du mortmais il joue un rôle plus important dans sa suite, À la fin du monde. Il est cool, calme et confiant à tout moment, et étonnamment intelligent. Bien qu’il n’ait aucun problème à marcher sur les autres pour obtenir ce qu’il veut, son objectif est en fait assez noble.

Beckett veut débarrasser le monde de la piraterie, qui était très répandue à l’époque où les films se déroulent, si endémique en fait, qu’elle est connue encore aujourd’hui sous le nom de « l’âge d’or de la piraterie ». Essentiellement, il veut arrêter toutes les destructions, vols et meurtres subis par des commerçants innocents en haute mer. Bien que ses méthodes soient discutables, il a un motif assez convaincant.

Regarder sur Disney+

14 Ra’s Al-Ghul – « Batman Begins » (2005)

Ra's Al-Ghul en train de former un jeune Bruce Wayne
Image via Warner Bros.

Ra’s Al-Ghul (Liam Neeson) est un autre cas de méchant avec un bon point mais des méthodes terribles. En tant que chef de la League of Shadows, l’objectif de Ra est de rétablir la paix dans des endroits où il n’y en a pas. L’un de ces nombreux endroits se trouve être Gotham City. Il prévoit de le faire en libérant une toxine dans l’air, ce qui purgera la ville de la plupart des vies humaines. Ensuite, la ville peut se reconstruire à partir des décombres et devenir un phare d’espoir et d’harmonie.

Sa raison de le faire est simple : Gotham est un cloaque de crime, de chaos et de corruption, et Ra’s pense que c’est irrémédiable. Bien qu’il soit inévitablement arrêté par Batman (Christian Bale), il finit par avoir raison. Dans les suites suivantes, Gotham devient sujet à des vagues de criminalité encore pires que celle vue dans Batman commence, et de nombreux autres innocents meurent à la suite de la destruction. Peut-être que Gotham est vraiment irrécupérable.

Regarder sur Max

13 Erik Killmonger – ‘Panthère noire’ (2018)

Killmonger dans

Killmonger continue d’être un méchant préféré des fans grâce à son scénario captivant dans Panthère noire. Le méchant enragé a clairement indiqué son objectif à Wakanda, car il considérait leur isolement comme de l’égoïsme. Killmonger voulait révéler et partager la technologie dans la nation cachée, qui, selon lui, pourrait aider ceux qui souffraient comme lui dans le monde.

Bien sûr, Killmonger est allé un peu trop loin en voulant massacrer des millions de personnes en représailles, mais la partie la plus importante de son plan est restée avec T’Challa (Chadwick Boseman). Grâce en grande partie aux actions imparfaites du méchant, Wakanda adopterait la diplomatie et partagerait ce qu’il a avec le reste de l’humanité.

Regarder sur Disney+

12 Russ Cargill – « Le film des Simpson » (2007)

Russ Cargill présente cinq dossiers au président à côté d'une cage contenant un écureuil mutant avec une douzaine d'yeux
Image via 20th Century Fox

Russ Cargil (Albert Brooks) est le président de l’EPA dans le film très apprécié Le film Les Simpson, qui en a marre de la quantité de pollution à Springfield. Bien que les Springfielders fassent un vaillant effort pour réduire les déchets en installant des centaines de panneaux « No Dumping » près du lac, il finit par être gâché quand Homer (Dan Castellaneta) ignore lesdits panneaux et y déverse un silo rempli d’excréments de porc.

Comme il s’agit de la dernière goutte du film d’animation pour adultes, Russ enferme Springfield dans un dôme de verre géant et prévoit ensuite de faire exploser toute la ville. Même si les méthodes n’ont aucun sens, Cargill veut finalement moins de pollution et de déchets en ville, ce qui n’est vraiment pas une si mauvaise chose.

Regarder sur Disney+

11 Syndrome – ‘Les Indestructibles’ (2004)

Syndrome dans Les Indestructibles
Image via Disney/Pixar

Ami Pin (Jason Lee) se transforme en syndrome méchant après avoir été rejeté par son idole pour ne pas avoir de super pouvoirs dans Les incroyables. Syndrome utilise la science pour créer des super pouvoirs, insistant sur le fait que si tout le monde est « super », alors personne ne l’est. La façon dont il présente son plan à la famille des supers est certainement mesquine et cruelle, mais il a raison.

Le syndrome comique et presque humoristique présente un problème souvent exploré dans les films de super-héros aujourd’hui. Lorsque le pouvoir incontrôlé est laissé entre les mains de quelques-uns, il peut y avoir des conséquences dangereuses pour tous les autres. Cela dit, il convient de noter que les motivations de Syndrome dans le film sont complètement égoïstes.

Regarder sur Disney+

dix Ava – « Ex Machina » (2014)

Ex-Machina-Alicia-Vikander-Ava

celle d’Ava (Alicia Vikander) le scénario prend plusieurs rebondissements discordants dans Ex-Machina. Le film de science-fiction époustouflant A24 suit la relation qui se forme entre elle et le programmeur Caleb Smith (Domhnall Gleeson), qui est invitée à la rencontrer par le créateur d’Ava et PDG excentrique, Nathan Bateman (Oscar Isaac). Il est bientôt révélé qu’Ava a manipulé Caleb depuis le début pour la libérer, et elle assassine quiconque se trouve sur son chemin avant de laisser Caleb mourir dans la maison isolée.

Ses actions brutales sont inexcusables, mais il convient de souligner comment elle a été poussée et poussée, gardée dans une cage et expérimentée, bien qu’elle ait clairement une sensibilité. La fin qui montre Ava regardant son reflet et portant des vêtements ordinaires met en évidence son désir d’être libre et de vivre parmi les humains qui la craignent.

Regarder sur Max

9 Les Hyènes – ‘Le Roi Lion’ (1994)

Les hyènes attendent leur repas avec avidité
Image via Walt Disney

Il va sans dire que les hyènes sont des carnivores. Ils ont besoin de manger de la viande pour survivre. Ce n’est pas leur faute si Simba (Jonathan Taylor Thomas) était au mauvais endroit au mauvais moment dans Le roi Lion. Outre le fait que Simba, étant un lion, n’est pas exactement innocent lui-même. Il n’a peut-être pas réellement mangé de viande à l’écran, mais c’est aussi un carnivore, et il est douteux qu’il n’ait mangé que des salades tout au long de son enfance.

Certes, conspirant avec Scar (Jeremy Fers), l’usurpateur du trône, n’est pas exactement un super look pour eux, mais leur motivation pour le faire est parce qu’ils veulent le droit de chasser dans les terres de la fierté, qui est le territoire du lion. En gros, les lions, au sommet de la chaîne alimentaire, font toujours de bonnes proies, et les hyènes en veulent aussi. Qui peut leur en vouloir ?

Regarder sur Disney+

8 Jareth le roi gobelin – ‘Labyrinthe’ (1986)

Jareth, le roi gobelin du Labyrinthe.
Image via Tri-Star Pictures

Lorsqu’une jeune fille nommée Sarah (Jennifer Connely) en a marre de faire du babysitting, elle souhaite que son petit frère s’en aille. Elle ne réalise sa terrible erreur qu’une fois qu’elle rencontre le roi gobelin, Jareth (David Bowierôle emblématique au cinéma). Il l’informe qu’elle aura une dernière chance de le récupérer, mais seulement si elle navigue dans un mystérieux labyrinthe dans les treize heures.

Ce faisant, Jareth se révèle n’être pas si mauvais en Labyrinthe. Le bébé est bien soigné dans le château de Jareth et passe des heures à faire partie de numéros musicaux et de soirées dansantes. Il commence même à s’amuser. Peut-être que Jareth s’occupe mieux de l’enfant que sa propre sœur. Évidemment, puisque Sarah a littéralement donné son frère pour qu’elle n’ait pas à supporter ses pleurs.

La silhouette d'Elliott et ET volant à vélo devant la lune dans ET

Dans le film de science-fiction classique des années 80 ET l’extra-terrestreElliot Taylor, 10 ans (Henri Thomas) découvre et se lie d’amitié avec l’étranger titulaire, qui aspire à retourner chez lui. Le gouvernement maléfique envoie des agents fédéraux pour empêcher Elliot et ses amis de ramener l’ET à son navire, car ils sont en mission pour récupérer l’être et expérimenter dessus.

Le film d’enfance réconfortant soulève de nouvelles questions pour les adultes qui décident de le revisiter, car il est difficile d’imaginer permettre à un ET de communiquer par télépathie avec un enfant (et de mettre son corps en danger d’intoxication). Il semble également insensé d’empêcher le gouvernement de soumettre au moins l’extraterrestre à une quarantaine et à des tests, car on ne sait pas ce qu’il aurait pu en apprendre sur la vie extraterrestre.

6 Ed Rooney – « La journée de congé de Ferris Bueller » (1986)

Ed Rooney sourit méchamment au téléphone
Image via Paramount Pictures

Ed Rooney (Jeffrey Jones) est le directeur de Ferris Bueller (Matthieu Broderick) lycée et aussi l’un des méchants les plus justifiés de tous les temps. Ainsi, lorsque Bueller décide de prendre un jour de congé en faisant semblant d’être malade, Rooney a des raisons de se méfier, car Bueller avait été absent neuf fois ce semestre sans véritable raison. Rooney est dépeint comme un vieux fuddy-duddy dans le film, mais en toute honnêteté, Bueller est une sorte de crétin.

Dans le film de bien-être par excellence des années 80, Le jour de congé de Ferris Bueller, Bueller a fait semblant d’être malade et a fini par amener toute la ville à se rassembler autour de lui et à créer une association caritative pour le sauver pendant qu’il passe le meilleur moment de sa vie, et Rooney semble être le seul à vouloir y mettre un terme. . Bien sûr, Bueller est peut-être idolâtré par les enfants qui aiment s’amuser, mais à mesure que ces enfants deviennent adultes, ils commencent à mieux comprendre Rooney. Certes, il n’aurait probablement pas dû entrer par effraction dans la maison de Bueller. Juste une pensée.

Regarder sur Paramount+

5 M. Hector – ‘Home Alone 2: Lost in New York’ (1992)

M. Hector sourit méchamment à un jeune Kevin McCallister
Image via 20th Century Fox

Dans la même veine qu’Ed Rooney, M. Hector (Tim Curry) est un adulte responsable essayant simplement de faire son travail dans Home Alone 2 : Perdu à New York. Il souffre de la même manière que Rooney en ce sens qu’il est dépeint comme un vieux caca grincheux, mais dans ce cas, son antagonisme est en fait pour la sécurité d’un enfant.

Kevin Mc Callister (Macaulay Culkin) se retrouve accidentellement à New York après avoir pris le mauvais vol. Heureusement, il se trouve qu’il a sur lui la carte de crédit de son père et l’utilise pour réserver une chambre dans un hôtel, tout seul. M. Hector semble être le seul à se méfier d’un enfant seul utilisant une carte de crédit pour réserver une chambre d’hôtel sans adulte en vue, et à juste titre. S’il s’agissait d’une situation réelle, cet enfant serait probablement en grave danger, surtout tout seul à New York. De plus, ce n’est pas sa faute si la suite n’a pas été à la hauteur de l’original Seul à la maison film.

Regarder sur Starz

4 Ken – ‘Bee Movie’ (2007)

Ken balance une raquette de tennis
Image via Paramount Pictures

Ken (Patrick Warburton) semble être constamment en colère et nerveux, mais en toute honnêteté, il a toutes les raisons de l’être. L’une des nombreuses raisons pour lesquelles l’usine à mèmes s’appelle Bee movie était si bizarre, c’est parce que la femme de Ken tombe amoureuse d’une abeille. Oui vraiment. Apparemment, plusieurs années de fréquentation et de mariage planifié ne comptent pas beaucoup si vous êtes un petit pollinisateur flou avec un dard.

Ken essaie constamment de tuer l’abeille, comme le font beaucoup de gens ordinaires lorsqu’ils en rencontrent une chez eux, mais ses tentatives sont toujours déjouées par sa femme. Avec une abeille ruinant son mariage et Ken étant considéré comme le méchant, il n’est pas étonnant qu’il soit tout le temps en colère. Le pauvre gars n’arrive pas à faire une pause.

3 Bruce – « Le monde de Nemo » (2003)

De gauche à droite, Chum, Bruce et Anchor, les requins
Image via Walt Disney

Semblable aux hyènes, Bruce (Barry Humphries) est un requin et donc un carnivore par nature. Il survit en se nourrissant de petits poissons. Ce n’est vraiment pas sa faute si Marlin (Albert Brooks) et Dory (Ellen Degeneres) se trouvait juste là.

Il convient également de noter que Bruce s’efforçait de ne pas manger de poisson dans Le monde de nemo, ce qui vaut la peine d’être félicité lorsque vous êtes littéralement un requin. Ce n’est que lorsque l’adorable mais maladroit acolyte de Pixar Dory s’est accidentellement blessé et a commencé à saigner que ses instincts carnivores ont commencé à se manifester.

Regarder sur Disney+

2 Le loup – ‘Le Chat Botté: Le Dernier Vœu’ (2022)

La mort, un loup effrayant avec une cagoule noire et des yeux rouges, souriant dans 'Le Chat Botté : Le Dernier Vœu.'
Image via Universal Pictures

Le Chat Botté : Le Dernier Vœu montre le protagoniste titulaire se lançant dans sa quête la plus importante (et la plus dangereuse) à ce jour. Quand le chat botté (Antonio Banderas) découvre qu’il a épuisé huit de ses neuf vies, il doit se rendre à l’emplacement du mythique Last Wish pour les restaurer, mais découvre quelque chose sur lui-même et ses relations en cours de route.

Stalking Puss dans ce voyage est le terrifiant Wolf (Wagner Moura), qui se révèle plus tard être la mort elle-même. Chaque rencontre avec le loup – désormais considéré comme le meilleur méchant de DreamWorks à ce jour – est éprouvante pour les nerfs, les poils de Puss se dressant sur la nuque pour le prouver. Cependant, le loup (ou la mort) fait un bon point sur la façon dont Puss a gaspillé sa vie, ne s’arrêtant jamais vraiment pour les apprécier ou en tirer le meilleur parti. La seule fois où il laisse Puss seul, c’est lorsqu’il sent que Puss est prêt à consacrer son énergie à vivre vraiment et pas seulement à jeter négligemment des moments précieux, comme ceux que le protagoniste partage avec Kitty Softpaws (Salma Hayek Pinault) et le nouveau personnage préféré des fans, Perrito (Harvey Guillén).

Regarder sur le paon

1 Roy Batty – « Blade Runner » (1982)

Rutger Hauer comme Roy Batty

Coureur de lame est un film de science-fiction renommé qui n’a pas besoin d’être présenté. Il oppose le flic désabusé Rick Deckard (Harrison Ford) contre le chef réplicant rebelle Roy Batty (Rutger Hauer). Alors que Roy est initialement décrit comme un méchant dangereux qui doit être arrêté, les téléspectateurs apprennent rapidement le sort déchirant des réplicants à travers son histoire.

Perdues, en colère et en quête de sens, les expériences de Roy résument parfaitement la cruauté que les réplicants sensibles doivent endurer. À la fin du film, il est passé d’un méchant en fuite à un leader sympathique qui voulait juste montrer au monde que les réplicants ne devraient pas être maltraités et abusés.

SUIVANT: Des héros de cinéma qui sont en fait des méchants