La grande image

  • « Twister » suit les chasseurs de tempêtes Jo et Bill alors qu’ils s’unissent pour créer un système d’alerte météorologique avancé pour lutter contre les violentes tornades.
  • Le réalisateur Jan de Bont revient sur le succès du film, ses visuels révolutionnaires et la scène emblématique de la vache, désormais disponible en 4K.
  • La suite à venir, Twisters, réalisée par Lee Isaac Chung, fait avancer l’héritage avec des progrès technologiques et une nouvelle histoire.



Sorti pour la première fois en salles le 10 mai 1996, le thriller catastrophe plein d’action Tornade est désormais disponible en 4K Ultra HD avec la nouvelle fonctionnalité spéciale, The Legacy of Tornade – Pris par le vent. Après avoir vu son père affronter son destin lors d’une tornade massive, le Dr Jo Harding est devenue une scientifique et une chasseuse de tempêtes cherchant à étudier et à comprendre le côté destructeur de la nature. Même si son mariage s’effondre, Jo et Bill doivent travailler ensemble pour créer un système d’alerte météorologique avancé, survivre à la plus grande tornade jamais survenue en Oklahoma et repousser des scientifiques rivaux.

Dirigé par Jan de Bontle film a repoussé les limites et a amélioré le jeu dans ses effets visuels, et grâce aux performances de Hélène Chasse et Bill Paxton, avec une apparition spéciale d’une vache très mémorable, il est devenu un favori des fans qui reste une balade amusante et divertissante. Et maintenant, près de trois décennies plus tard, une suite intitulée Torsades sort en salles le 19 juillet 2024.


Au cours de cet entretien individuel avec Collider, le cinéaste de Bont a expliqué à quel point il était bon de réaliser un film qui touche le public du monde entier, ce que c’était pour lui de revisiter Tornade pour le transfert 4K, comment la production a finalement changé l’industrie cinématographique, comment c’était de travailler avec un producteur Kathleen Kennedy, et combien il est surpris que ce qui a commencé comme un petit moment amusant avec une vache soit devenu si emblématique. Il a également partagé ce qu’il pensait de la suite à venir, Torsades.


Collider: je me souviens avoir vu parc jurassique et puis Tornade au théâtre et en pensant à quel point ces deux films étaient époustouflants avec ce qu’ils ont réalisé. En tant que cinéaste, qu’est-ce que ça fait de savoir que vous avez réalisé et façonné un film qui a connu un tel succès et qui a touché autant de gens qu’il a vraiment changé le cinéma ?

JAN DE BONT : Le sentiment principal est à quel point vous vous sentez bien il y a beaucoup de gens qui aiment le film, dans tous les pays du monde. Vous pouvez aller au Japon, en Chine ou n’importe où en Europe, et ils savent de quoi vous parlez. Ils diront : « Oh, vraiment ? Tu as fait ça? » Et puis, avant de vous en rendre compte, vous êtes dans une discussion à ce sujet. C’est vraiment génial de voir ça. Pour être honnête, j’étais extrêmement heureux de faire ce transfert vidéo parce que c’était déjà un très bon film, mais il y avait encore des choses qui semblaient devoir être meilleures et auraient pu être meilleures, mais la technologie n’existait pas vraiment. J’étais vraiment heureux de travailler sur ce 4K Ultra.


En rapport

« Twister » est devenu plus facile à regarder avant la sortie en salles de « Twisters »

Voici où vous pouvez diffuser « Twister », avec Bill Paxton, Helen Hunt et Philip Seymour Hoffman.

Avez-vous déjà revu et regardé le film entre sa réalisation et ce transfert ?

DE BONT : Pas très souvent, je dois dire. Avant de commencer ce transfert, j’ai dû le revoir parce que je ne l’avais vraiment pas fait. Vous vous souvenez du film, mais vous ne vous souvenez pas de tous les détails. Soudain, vous le revoyez et vous vous dites : « Oh, mon Dieu, nous avons fait ça ? Il y a des choses là-dedans qui étaient vraiment incroyables à voir se produire à l’écran, mais aussi des choses que j’aurais pu faire un peu mieux. Le sentiment qu’il soit si hautement respecté est bien sûr un sentiment formidable.



Le réalisateur Jan de Bont explique comment « Twister » a changé le monde du cinéma

Selon vous, y a-t-il quelque chose qui aurait été très différent dans le film si vous aviez pu utiliser la technologie d’aujourd’hui ?

DE BONT : Je ne pense pas. Lorsque ce film a été réalisé et monté, la technologie n’existait pas, nous n’avons donc pas pu réaliser le film tel qu’il avait été écrit. Et ainsi, avoir participé à la création d’une technologie qui est maintenant utilisée par presque tout le monde pour réellement créer des effets visuels, est une très grande contribution au monde du cinéma, et à l’échelle internationale, pas seulement aux États-Unis. Tout le monde utilise ce système. Ils l’ont considérablement amélioré et rendu plus convivial, ce qui est vraiment génial. Mais je ne manquerais pas toute la tension et l’excitation de : « Est-ce que ça va arriver ? Est-ce que ça n’arrivera pas ? Peuvent-ils développer le logiciel ? Peuvent-ils vraiment faire en sorte que cela se produise ? Nous étions déjà en pré-production, et cela n’a pas réussi tout de suite. C’est ce qui arrive avec la technologie. Les premiers plans ne s’annonçaient pas bien et tout le monde était vraiment inquiet car il y avait déjà une date de fin pour le film. Mais ILM a continué à travailler dessus, et ils ont réussi à le faire fonctionner. Après trois ou quatre tirs vraiment moches, le suivant commençait à ressembler à une tornade. Et puis, ils se sont améliorés au fur et à mesure qu’ils ont acquis plus d’expérience et qu’ils ont reçu plus de retours. Puis, ça a finalement commencé à s’accélérer. Dieu merci, car deux semaines plus tard, cela n’aurait pas fonctionné.


En rapport

La réalisation de « Twister » a été un tourbillon de chaos

Avant « Twisters » avec Glen Powell et Daisy Edgar-Jones, déballons le drame de production du thriller catastrophe de 1996 d’Helen Hunt et Bill Paxton.

Tu as fait Tornade entre faire Vitesse et Vitesse 2. Qu’avez-vous appris de votre expérience en créant Vitesse?

DE BONT : Vitesse C’était un projet que personne ne voulait réaliser avant que Fox n’accepte de faire le film parce qu’ils pensaient que c’était impossible. Ils disaient : « Comment pouvez-vous faire un film sur un bus lent avec des gens assis dans le bus ? Comment cela peut-il être excitant ? Mais j’ai vu exactement le contraire. J’ai vu toutes les difficultés que le bus pouvait rencontrer et essayer de s’échapper, et cela a rendu cela vraiment excitant. Ce qu’ils n’ont pas vu, je l’ai vu. Et quand je l’ai expliqué à Peter Chernin, le patron de Fox à l’époque, et que j’ai joué des scènes dans son bureau, il a adoré. Il l’a finalement compris. Il a compris ce que je voulais dire lorsque vous explorez toutes ces choses, comme les quasi-accidents, les incidents évités de justesse et les choses horribles qui se produisent en même temps, dans le bus, sous le bus et au-dessus du bus.


Vous avez travaillé avec Kathleen Kennedy sur Tornade? Comment était-elle de travailler en tant que productrice ?

DE BONT : J’ai vraiment aimé travailler avec elle. C’étaient Ian Bryce et elle, qui étaient les seuls à venir sur le plateau. Il faut savoir que nous étions au milieu de nulle part, dans un endroit où il n’y avait pas d’hôtels. Aucun chef de studio n’ira là-bas s’il n’y a pas de bons hôtels là-bas et qu’ils n’étaient pas intéressés par le camping ou les mobil-homes, donc ils ne sont jamais venus. Donc, c’étaient les deux seuls avec qui j’avais affaire, ce qui était d’ailleurs génial, car on ne veut pas qu’une armée de producteurs vous parle. Je l’aimais beaucoup. Elle nous a énormément aidé, surtout lorsque le développement avait lieu et que toutes ces choses devaient faire l’objet de recherches. Beaucoup d’incertitudes régnaient avec ce film au début. Et comment gérer ce budget ? Personne n’avait la moindre idée de combien cela coûterait parce qu’on peut développer une technologie, mais alors quoi ? Combien coûte un shot ? Un coup coûtait vraiment cher à l’époque. Ce n’est plus le cas. Maintenant, c’est une fraction de cela.


Le réalisateur Jan De Bont déclare que « le moment emblématique de la vache dans Twister était basé sur la réalité »

Image via Warner Bros. Discovery Home Entertainment

Êtes-vous surpris que la vache volante Tornade est devenu une chose si importante ? Auriez-vous déjà imaginé que cela finirait par être l’un des aspects les plus référencés et que cela deviendrait une sensation sur Internet ?

DE BONT : Non, absolument pas. Je ne le savais pas, bien sûr. J’ai seulement pensé que c’était une très bonne idée lorsque j’ai vu une photo d’une vache vivante dans un arbre. Je ne croyais pas vraiment que c’était réel. Je pensais que c’était un tournage commercial pour une entreprise laitière. Mais ensuite, ils ont dit que c’était réel et qu’il y avait des animaux vivants qui finissaient dans les arbres. Une fois encore, il y avait un bébé dans un arbre qui a survécu. Alors, nous avons pensé : « Ne serait-ce pas génial de voir une vache, soudainement aspirée et retournée encore et encore, voyageant dans les airs puis atterrissant. À quoi penserait la vache ? C’était tellement intriguant. J’ai parlé aux scénaristes et leur ai dit : « Nous devons mettre la vache là-dedans. » À l’époque, je pensais que c’était juste amusant, comme une chose rapide. Mais alors, c’est devenu un moment emblématique du film dont les gens se souviendront pour toujours. Cela était essentiellement dû aux six mots prononcés dans la voiture : « Une vache. Une autre vache. Non, je pense que c’est la même vache. Cela rendait les choses si drôles. Tout le monde le mentionne immédiatement. Ils disent : « Tu as fait le film avec la vache ?! »


Torsades sort maintenant. Êtes-vous intéressé de voir ce qui a été fait avec cela, avec toutes les avancées actuelles ? Êtes-vous curieux de savoir quel film ils ont réalisé ?

DE BONT : Je vais certainement le voir, mais ce n’est pas mon film. Je n’y étais pas impliqué. C’est un bon réalisateur (Lee Isaac Chung). Je vais juste le voir comme tout le monde.

En rapport

Rencontrez les Tornado Wranglers de Glen Powell dans le nouvel aperçu de « Twisters »

La suite de l’héritage met également en vedette Anthony Ramos, Daisy Edgar Jones et Katy O’Brian.

Il doit y avoir une vache, sinon ce n’est pas une Tornade film?

DE BONT : C’est drôle. Peut-être que oui.

Tornade est désormais disponible en 4K UHD. Découvrez la bande-annonce :